Dans l'espace suisse de formation, les écoles, l'administration, les parents ou les apprenantes et apprenants génèrent des données qui doivent être échangées pour que l'espace de formation fonctionne correctement. Ce qui semble simple en soi est complexe dans la réalité: les interfaces nécessaires manquent, les exigences en matière de qualité des données varient, la disponibilité des données à tout moment n'est pas garantie et les exigences en matière de protection des données sont élevées.

Une blockchain comme base pour l'échange de données

Nous nous sommes demandé comment rendre cet échange de données complexe plus simple, plus direct et plus sûr. Il en résulte un scénario qui intègre les quatre principes suivants pour l'échange de données dans le futur espace numérique de formation:

  • L'individu est au centre de l'échange des données. Cela renforce donc l'identité autodéterminée des acteurs du système éducatif.
  • L'échange de données ou de messages entre deux acteurs se fait via une connexion directe et cryptée.
  • Les données sont échangées sous forme de justificatifs numériques. Ces justificatifs sont des équivalents numériques des preuves physiques actuelles, par exemple les bulletins de notes ou les diplômes de formation.
  • L'authenticité de ces justificatifs numériques est vérifiée à l'aide d'informations sur une blockchain.

Un colloque sous le signe des blockchains

La mise en œuvre cohérente de ces principes donnerait non seulement une forte impulsion à la numérisation de l'espace de formation, mais libérerait aussi des potentiels d'innovation qui vont au-delà de l'échange de données et du système éducatif. C'est pourquoi, le 21 juin 2023, nous mettons les blockchains dans l'éducation au centre de notre colloque «Educa23». En collaboration avec des expertes et experts externes, nous analyserons une multitude de sujets tels que les justificatifs numériques, la protection des données, la cyber-éthique ou les «tokens» – toujours dans l'optique d'une application d'une blockchain dans le système éducatif.

Le contrat d'apprentissage comme justificatif numérique

Mais comment fonctionne concrètement l'échange de données mentionné ci-dessus à l'aide de justificatifs numériques? Nous avons produit une série de vidéos qui illustrent comment les apprenantes et apprenants peuvent obtenir et partager des justificatifs numériques.

Dans le premier épisode, nous montrons comment Luca – un apprenant qui commence son apprentissage de menuisier CFC –  reçoit son contrat d'apprentissage sous forme de justificatif numérique sur son téléphone portable. Avec ce justificatif numérique, Luca peut ensuite, par exemple, s'identifier facilement, directement et de manière vérifiable comme apprenant.

Afin de pouvoir charger une vidéo depuis Vimeo, vous devez autoriser les cookies pour «Analyse et statistiques» et «Confort et partenariat».

Articles associés

Avec le nouveau «Swiss National EdTech Testbed Programm» du Swiss EdTech Collider, le corps enseignant dispose pour la première fois d'une offre nationale lui permettant de tester et de participer à l'élaboration d'outils numériques pour l'enseignement. Carmen Sieber du Swiss EdTech Collider donne un aperçu du programme.

La nouvelle loi fédérale sur la protection des données (nLPD) entrera en vigueur le 1er septembre 2023. Que signifie-t-elle pour les écoles? Pour les écoles publiques, c'est la loi cantonale sur la protection des données qui s'applique comme précédemment.

En raison de la rapidité des progrès technologiques, les conditions-cadres des technologies d'IA sont souvent peu claires, également dans le domaine de l'éducation. Le projet «Sandbox de l'innovation pour l'IA» vise à clarifier la réglementation. Raphael von Thiessen, chef du projet Sandbox du canton de Zurich, explique la démarche.

La réglementation de l'accès aux données ou leur suppression sont des questions de gouvernance cruciales. Avec une bonne stratégie de gouvernance des données, les entreprises et les institutions permettent une utilisation efficace des informations pour atteindre leurs objectifs. Des objectifs qui varient fortement selon les acteurs du système éducatif. C'est là que la politique d'utilisation des données a un rôle à jouer.