Qu'est-ce que la sandbox et pourquoi a-t-elle été créée?

Raphael von Thiessen: Le terme de «sandbox» suscite des associations très différentes chez de nombreuses personnes. Pour les personnes ayant une formation technique, il s'agit souvent d'une infrastructure technologique dans le développement de logiciels. Ces derniers temps, le terme est également de plus en plus utilisé pour des environnements de test réglementaires, dans lesquels les questions juridiques sont clarifiées à l'aide d'exemples de cas concrets.

Nous avons une compréhension large: nous soutenons les projets soumis au «Sandbox de l'innovation pour l'IA» en leur apportant un savoir-faire réglementaire. Par ailleurs, nous mettons également à disposition des sources de données inédites pour mettre en œuvre des projets d'IA innovants. Le plus important pour nous est que tous les résultats soient partagés publiquement afin de développer des compétences dans le domaine de l'IA.

L'initiative a été lancée par des partenaires de l'administration, de l'économie et de la recherche afin de renforcer la place de l'IA dans le domaine de l'innovation responsable.

«  Le plus important pour nous est que tous les résultats soient partagés publiquement afin de développer des compétences dans le domaine de l'IA.  »

Dans le cadre du premier appel d'offres, vous avez également accompagné un projet EdTech. Quelles expériences avez-vous faites dans ce cadre?

Lors du premier appel d'offres au printemps 2022, nous avons reçu 21 projets d'IA. L'IA étant une technologie transversale qui concerne tous les secteurs, les thèmes étaient extrêmement variés. Sur la base des critères de sélection publics, cinq projets ont été retenus, dont une application qui corrige automatiquement des contenus d'apprentissage manuscrits en se basant sur la reconnaissance d'images.

Ce cas concret a servi de base à l'élaboration d'un guide réglementaire destiné aux fournisseurs EdTech et aux responsables scolaires. Ce document est un point d'entrée pour la diffusion de différentes applications d'IA dans le domaine de l'éducation.

Au cours du processus, nous avons constaté que les bases juridiques étaient souvent peu claires pour les personnes impliquées. Comment mettre en place correctement un tel projet? Quelles sont les exigences relatives aux données personnelles générées lors de l'inscription à l'outil? Les fournisseurs EdTech peuvent-ils réutiliser les données pour entraîner leurs algorithmes? Le guide répond à ces questions. La collaboration avec Educa a été très précieuse pour l'élaboration du contenu, car nous avons pu nous appuyer sur un savoir-faire déjà existant. Nous prévoyons de continuer à approfondir le thème de l'IA dans l'éducation dans le cadre d'initiatives communes.

Quel est l'avenir de la Sandbox: pouvez-vous nous donner un bref aperçu?

Nous clôturons maintenant les cinq projets sandbox et allons nous concentrer pendant un certain temps sur le transfert de savoir-faire dans l'administration, l'économie et la recherche. Un deuxième appel d'offres à l'échelle suisse est prévu pour le printemps 2024, au cours duquel de nouveaux projets seront générés. Nous nous réjouissons de continuer à faire avancer le thème de l'IA dans l'éducation, car il est très pertinent pour l'ensemble du site d'innovation.

 

Interlocuteur

Projektleiter Sandbox, Standortförderung AWA Kanton Zürich
Raphael von Thiessen
Chef du projet Sandbox
Promotion économique AWA canton Zurich

Articles associés

Dans le système éducatif fédéral, il existe différentes responsabilités en matière de protection des données pour les moyens d'enseignement numériques et les applications d'apprentissage. Cela entraîne des incertitudes, comme le montre le projet d'utilisation des données dans le canton d'Argovie. Des responsabilités claires et une sensibilisation sont nécessaires.

Pour une politique d'utilisation des données qui tienne également compte des questions d'équité en matière d'éducation, il faut un dialogue avec toutes les parties prenantes: la recherche, l'environnement scolaire, les entreprises EdTech et l'administration de l'éducation. Le prof. Dr Kenneth Horvath, directeur du projet de recherche «Algorithmic Sorting in Education» à la HEP de Zurich, l'explique dans sa contribution.

La collaboration avec des projets d'utilisation des données nous permet d'éclairer l'écosystème des «données de l'éducation» à l'aide de cas concrets issus de la pratique et de tester des solutions à la croisée des différents groupes d'intérêts. Les expériences faites jusqu'à présent le montrent: malgré toute l'hétérogénéité, les mêmes questions préoccupent.

Le projet IDENTI du canton de Lucerne s'intéresse à l'identité numérique des élèves et met en lumière les conditions-cadres des moyens d'enseignement numériques ainsi que des applications. Karin Weber et Reto Buchmann, qui assument la codirection du projet, ont esquissé pour nous les premières solutions aux défis identifiés.